Animation Capoeira en soirée

Dans les rues

Capoeira et Maculélé

Capoeira : un art martial brésilien

Des jeux plein de dextérité, cet art martial brésilien : alliant la percussion brésilienne, le chant, et le jeu développant mouvements d’attaques et de défense, en force et en souplesse

Des jeux-combats impressionnants et enivrants plein d’expressions !

Egalement : le Maculélé, danse afro avec des bâtons, peut également s’inclure dans l’animation

Au son du tambour et des chants, nous vous faisons découvrir ce combat appliqué dans la rue ou sur scène!

Laissez-nous vous faire découvrir la Capoeira : cet art martial plus que brésilien !

Capoeira : un école aussi à Lille

Depuis 12 ans déjà, les ateliers hebdomadaires avec l’Ecole de Capoeira Angola de Lille : « capoeira-lille.com » vous permettent d’arriver rapidement à ce niveau !!

 

ANIMATION BRESIL vous fait découvrir les meilleurs Maîtres et professeurs brésiliens ou brésilophiles de la région !!

Les jeux-combats sont de haute qualité et spectaculaires !

Pour plus d’informations : aller sur la page CONTACT et demandez rapidement conseil à ANIMATION BRESIL

SON ORIGINE

Elle est née au 16ème siècle au Brésil avec l’arrivée des esclaves noirs d’Afrique (principalement des pays du Congo et d’Angola), suite à la colonisation portugaise.

Plusieurs anthropologues exposent différentes théories au sujet de son origine. Cependant,  la théorie la plus proche de la réalité est celle qui dit que la Capoeira Angola vient d’un rituel africain appelé le “N’Golo”, où les guerriers africains s’affrontaient en représentant une sorte de combat de zèbre, dans le but de gagner le droit de choisir une femme vierge. Les combats se développaient ainsi, copiant les mouvements d’animaux parmi lesquels le singe, le crocodile, le chameau….

Les esclaves s’entraînaient dans des lieux appelés “senzalas”, petites palmeraies dans les propriétés où ils étaient exploités. Ils l’utilisaient comme un instrument de lutte pour obtenir la liberté. Ils s’échappaient alors vers la jungle et formaient des communautés appelées “quilombos” où, finalement, ils atteignaient leur liberté physique et spirituelle et continuaient à la développer sous forme d’art, de lutte, de danse, de culture, d’éducation et de philosophie de vie.

Bien des d’années plus tard, avec l’abolition de l’esclavage et la reconnaissance de la Capoeira comme sport national au Brésil, de multiples académies formelles ont été créées.

Ses particularités humaines et sociales font d’elle un art reconnu au-delà des frontières brésiliennes. À vous maintenant !